Ève Francis

actrice française (1886-1980)

Ève Francis, de son vrai nom Èva Louise François, née à Saint-Josse-ten-Noode (Bruxelles, Belgique) le et morte à Neuilly-sur-Seine (France) le , est une actrice, assistante de metteur en scène et critique de cinéma française. Au théâtre, elle est une des grandes interprètes de Paul Claudel et, au cinéma joue dans des films plutôt avant-gardistes de Louis Delluc, Marcel L'Herbier ou Germaine Dulac.

Ève Francis
Description de l'image Eva Francis 001.jpg.
Nom de naissance Èva Louise François
Naissance
Saint-Josse-ten-Noode, Bruxelles
Nationalité Drapeau de la France France
Décès (à 94 ans)
Neuilly-sur-Seine, Hauts-de-Seine
Profession Actrice
Films notables Fièvre (1921)
La Femme de nulle part (1922)

Biographie

modifier

Née à Saint-Josse-ten-Noode le 24 août 1886[1] d’une famille française, la jeune Bruxelloise Èva Louise François, médaillée du gouvernement belge, est envoyée perfectionner ses études à Paris[2]. Elle se passionne très jeune pour l’art de la comédie et suit les cours de Paul Mounet au conservatoire. En 1913, lors d’une matinée au théâtre Antoine, elle rencontre le poète, journaliste et homme de théâtre Louis Delluc (1890-1924) qui va devenir son pygmalion au cinéma et son mari. Ils ont une passion commune pour la littérature, la poésie et la musique[1].

Paul Claudel et le théâtre

modifier

Eve Francis crée le 2 juin 1914 au théâtre de l’Œuvre L’otage de Paul Claudel. Elle joue ensuite dans L’annonce faite à Marie et Le partage de midi et s'impose comme une des grandes interprètes du théâtre de Claudel[1],[2]. Ils partagent une longue amitié et Eve Francis publie, en 1973, une biographie de l'écrivain, Un autre Claudel[3],[4].

En 1914, Paul Claudel dresse un portrait de l'actrice, rapporté dans l'ouvrage du critique littéraire, Henri Guillemin : « S'il a tant apprécié Ève Francis, c'est qu'elle possédait, disait-il, un sens inné de ce qu'il avait personnellement voulu faire et qu'il avait tout de suite constaté un accord miraculeux et comme substantiel entre la diction de cette actrice et son propre souffle, l'économie sonore de ses vers et leur texture secrète »[4].

Ève Francis récite des textes et poèmes de Paul Claudel en Italie dans le but d'inciter le pays à s'engager dans la Première Guerre mondiale. Paul Claudel affirme d'ailleurs dans Animus et Anima, un texte dédié à Ève Francis, « C'est grâce à nous que l'Italie est entrée dans la Première Guerre mondiale »[2],[3].

Lors d'une interview d'Ève Francis réalisée en 1978, l’entretien s'achève par la narration passionnée de ses rapports avec Paul Claudel qui a été « la personnalité la plus extraordinaire de sa vie »[5]. En 2006, l'écrivaine Dominique Bona retrace la rencontre d'Ève Francis et de Paul Claudel dans une biographie[6].

Le cinéma

modifier

La même année 1914, Eve Francis fait ses débuts au cinéma avec un petit rôle dans La dame blonde de Charles Maudru[1].

Elle fait apprécier le cinéma à Louis Delluc qui devient critique de films avant de passer à la réalisation[7].

Après sa démobilisation à la fin de la Première Guerre mondiale, Louis Delluc lui dédie son ouvrage La Danse du scalp avec la mention : « à Mahée : Toi seule pourras dire si c’est un cri de haine ou bien un cri d’amour »la source mentionnée n'est pas relevante[réf. nécessaire].

Elle épouse Louis Delluc, le à la mairie du 8e arrondissement de Paris, puis à l'église Saint-Philippe-du-Roule[1],[8]. Ils habitent rue de Ponthieu[7].

En 1919, Eve Francis joue dans La fête espagnole de Germaine Dulac, sur un scénario de Louis Delluc[1]. Par la suite, elle joue dans la plupart des films réalisés par Louis Delluc. C'est dans l’œuvre la plus connue, La Femme de nulle part (1922), l'avant-dernier qu'il réalise, qu'elle révèle tout son talent[9],[7].

Eve Francis et Louis Delluc se séparent en 1922 mais ils restent liés[7].

Autres activités

modifier

Eve Francis tourne aussi plusieurs films avec Marcel L’Herbier et Germaine Dulac[1].

Ève Francis également assistante pour plusieurs films de Marcel L'Herbier et Michel Bernheim[10].

Elle rédige la chronique cinématographique du mensuel La Revue de la femme, créé en . Pierre Bost lui succède rapidement[11].

Ses souvenirs, Temps héroïques. Théâtre-cinéma, sont publiés en 1947[12].

Fin de vie

modifier
 
Tombe d'Eve Francis au cimetière de Bagneux

Ève Francis décède le , cinq ans après avoir joué un dernier rôle dans Adieu Poulet de Pierre Granier-Deferre[7]. À l'issue d'une cérémonie à l'église Saint-Pierre de Neuilly-sur-Seine, elle est inhumée dans la sépulture de Louis Delluc au cimetière parisien de Bagneux. Bien que séparée de Louis Delluc depuis 1922, soit cinquante-huit ans, elle le rejoint dans la sépulture dont elle avait pris soin de faire refaire et graver la pierre tombale en beau granit, ornée d’un bronze de Gabriel Spat (ru)[7].

Une affiche lithographique la représentant, intitulée affiche de promotion de la comédienne Ève Francis, œuvre de Bernard Bécan, est conservée à la Cinémathèque française[13].

Filmographie

modifier

Actrice

modifier

Assistante à la réalisation

modifier

Théâtre

modifier

Publications

modifier
  • Temps héroïques. Théâtre-cinéma, Paris, Denoël, 1949, préface de Paul Claudel
  • Un autre Claudel, Paris, Grasset, 1973 340 p. (ISBN 978-2246850151)

Bibliographie

modifier
  • Dominique Bona, La Passion Claudel, Paris, Grasset & Fasquelle, 2008 (réimpr. 2007) (1re  éd. 2006), 402 p., 23 cm (ISBN 2-246-70661-0), p. 331-358.

Source et références

modifier

Références

modifier
  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Daniel Chocron, « Eve Francis - CinéArtistes.com », sur www.cineartistes.com (consulté le )
  2. a b et c Gaston Mouru de Lacotte et Steinlen, « Œuvres de bienfaisance : France et Belgique », sur Gallica, (consulté le ).
  3. a et b « Tragédie au front, drames à l'arrière », sur Le HuffPost, (consulté le )
  4. a et b Marie-Clotilde Hubert (1933-), Bibliothèque nationale (préf. Pierre-Henri Simon (1903-1972) et Étienne Dennery (1903-1979)), Paul Claudel (1868-1955) : Catalogues d'exposition, Paris, BnF, , 228 p., 21 cm (BNF 37065238, présentation en ligne, lire en ligne), p. 79.
  5. [vidéo] Pierre Beuchot, « Portrait et entretien : Ève Francis », sur madelen.ina.fr, (consulté le ).
  6. Dominique Bona, Camille et Paul : La passion Claudel, Paris, Grasset & Fasquelle, (réimpr. 2007) (1re éd. 2006), 402 p., 23 cm (ISBN 2-246-70661-0 et 978-2246706618, OCLC 421526389, BNF 41433598, SUDOC 108884619, présentation en ligne, lire en ligne), p. 331-358.
  7. a b c d e et f Gilles Delluc, Brigitte Delluc, « Louis Delluc, homme de lettres, cinéaste et malade », XXIIIe colloque des amis de Cadouin 2016,‎ , p. 56-76 (lire en ligne [PDF])
  8. Marcel Tariol (Présentation) et Louis Delluc (ill. Jean Fortin), Louis Delluc, vol. 30, Paris, Éditions Seghers, coll. « Cinéma d'aujourd'hui », , 23 p., 9 × 11,3 cm (lire en ligne [PDF]), p. 18.
  9. « Louis Delluc (1890-1924), de par la plume et la caméra », sur cinetom.fr, (consulté le ).
  10. « Eve Francis : actrice Belge », sur Paperblog (consulté le )
  11. Pascal Manuel Heu, « Oubliés et méconnus : Quelques figures féminines », La lettre du SFCC, Paris, Imp. Grafik Plus (Rosny-sous-Bois), no 49,‎ , p. 7 / 17 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  12. Ève Francis, Temps héroïques, théâtre - Cinéma, éditions Denoël, Paris, 1947, préface de Paul Claudel.
  13. La Cinémathèque, Affiche de promotion pour la comédienne Êve Francis
  14. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u « Filmographie d'Ève Francis », sur notrecinema.com, (consulté le ).
  15. Michaël Mandl, « Inédits du cinéma muet : Lucien André Daven (Davenport) » [PDF], sur mandlonline.com, (consulté le ), p. 42 / 163.
  16. « La Boniface (fullcredits) » ((en) distribution et équipe technique), sur l'Internet Movie Database (consulté le ).
  17. « Le crime de Lord Arthur Saville (17 février 1968) » (présentation de l'œuvre), sur l'Internet Movie Database (consulté le ).
  18. 23e colloque des amis de Cadouin, p. 76.
  19. « Le Roman d'un spahi (fullcredits) » ((en) distribution et équipe technique), sur l'Internet Movie Database (consulté le ).
  20. Le Roi Bombance : tragédie satirique en 4 actes sur data.bnf.fr (consulté le ).
  21. L'amour en cage : comédie en 3 actes sur data.bnf.fr (consulté le ).
  22. L'otage : drame en 3 actes sur data.bnf.fr (consulté le ).
  23. Natchalo : drame en 3 actes sur data.bnf.fr (consulté le ).
  24. Rosmersholm : pièce en 4 actes sur data.bnf.fr (consulté le ).
  25. Terre inhumaine : drame en 3 actes sur data.bnf.fr (consulté le ).
  26. L'échange : pièce en 3 actes sur data.bnf.fr (consulté le ).

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :