Ère Reiwa

L'ère Reiwa (令和時代, Reiwa jidai?, « ère de la belle harmonie[1] », prononciation : /ɾeː.ɰa/Écouter) est l'ère du Japon qui a commencé le et qui succède à celle de Heisei. L'ère — la deux cent quarante-huitième de l'histoire du pays[2] — a commencé le lendemain de l'abdication au trône de l'empereur Akihito par l'intronisation de Naruhito, qui est devenu le 126e empereur du pays issu de la lignée Yamato.

Le secrétaire général du Cabinet, Yoshihide Suga, annonce le nom de la nouvelle ère en présentant les caractères qui la désignent, le .
Des employés japonais prennent une pause pour regarder l'annonce du nom de la nouvelle ère à la télévision.

Choix du termeModifier

 
Extrait du waka (entouré en rouge) qui contient les kanjis et (entourés en bleu) qui ont inspiré le nom de l’ère Reiwa.

Le choix de l’appellation a été préparé par une commission ayant siégé pendant plusieurs mois, constituée de neuf experts, dirigeants politiques et personnalités diverses[3] :

Le gouvernement a finalement tranché parmi la liste de six termes proposés[4]. Les autres noms présélectionnés étaient : Eikō (英弘?), Kyūka (久化?), Kōshi (広至?), Banna (万和?) et Banpō (万保?)[5]. Le ministère japonais des Affaires étrangères a officiellement traduit reiwa par « belle harmonie » (« beautiful harmony » en anglais), afin de dissiper des interprétations erronées qui se référaient au sens plus courant[6] « ordre » du kanji rei[1],[6] — comme par exemple « ère de l’harmonie ordonnée », proposée par la traductrice et romancière Corinne Atlan[7]. Le Premier ministre Shinzō Abe en a éclairé le sens par ces vers : « quand les cœurs sont en harmonie, la culture peut fleurir »[8], et cette explication : « le printemps vient après l'hiver sévère ; ce nom, Reiwa, veut marquer le début d'une période qui déborde d'espoir »[9].

C'est la deuxième fois seulement que le gouvernement décide du nom de l'ère naissante, conformément à l'esprit de la constitution de 1947[2]. Si les derniers termes en lice ont été présentés, pour avis seulement, au futur empereur, c'est à son père Akihito qu'a appartenu la responsabilité de parapher le décret. Sa révélation, le à 11 h 40 locale, constitue pour les Japonais un événement historique[2].

Le kanji wa (?) représente l'harmonie, tandis que rei (?) peut être traduit par porteur d'espérance, vénérable, ordre, bien, beau, agréable[2],[7].

Pour la première fois, les kanjis du terme sont issus d'un texte japonais et non chinois, un waka, court poème japonais de l'anthologie Man'yōshū[2] datée de 730[10],[11]. Ces mots auraient été prononcés par le seigneur, érudit et poète Ōtomo no Tabito ou un de ses hôtes à l'occasion d'une réception donnée pour admirer la floraison des cerisiers[6],[12] :

  • Texte original en kanbun[13] : « 于時、初春月、氣淑風、梅披鏡前之粉、蘭薫珮後之香。 »
  • Traduction en japonais classique[14] : « 時に、初春の月にして、気淑く風ぎ、梅は鏡前の粉を披き、蘭は珮後の香を薫す。 »
  • Transcription[14] : « Toki ni, shoshun no reigetsu ni shite, kiyoku kaze yawaragi, ume wa kyōzen no ko o hiraki, ran wa haigo no kō o kaorasu. »
  • Traduction française[15] : « Voici le beau (rei) mois du début de printemps, l'air est doux et la brise légère (wa), le prunier a déployé ses fleurs blanches comme poudre d’une belle à son miroir, l’orchidée répand une odeur suave comme poche à parfums. »

Mise en œuvreModifier

Dans le calendrier japonais, le à h heure locale, l'année Heisei 31 fait place à la première année de la nouvelle ère, Reiwa 1[16].

Le consortium Unicode avait dès la mi-2018 réservé le point de code U+32FF pour le glyphe qui combinerait en un seul caractère les formes à demi chasse des deux kanjis choisis pour nommer l'ère nouvelle[17].

Proposition d'abandon du nomModifier

En , pendant la pandémie de Covid-19, le photographe Hiroshi Sugimoto propose que le nom de Reiwa soit abandonné, suivant une tradition ancienne de renommer l'ère après une épidémie ou un désastre naturel : « c'est comme un appel des dieux : Reiwa n'est pas un bon nom »[18].

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Reiwa period » (voir la liste des auteurs).

  1. a et b « Japan assures world that Reiwa is all about 'beautiful harmony' and has nothing to do with 'command' », The Japan Times, .
  2. a b c d et e Le Point magazine, « "Reiwa": un nom qui vénère l'harmonie pour la nouvelle ère du Japon », sur Le Point, (consulté le ).
  3. (ja) « 「元号」有識者懇メンバー9人発表 » [archive du ], Mainichi Shimbun,‎ (consulté le ).
  4. (en) « Japan names new imperial era beginning May 1 "Reiwa" », sur Kyodo News, .
  5. (ja) « 新元号 6案すべて判明 「令和」考案は中西進氏か », NHK News Web,‎ (consulté le ).
  6. a b et c Philippe Mesmer, « Au Japon, le nom de la nouvelle ère fait désordre », sur Le Monde, (consulté le ).
  7. a et b Rafaële Brillaud, « Comment bien traduire l'ère Reiwa ? », sur Libération, (consulté le ).
  8. Sébastien Lechevalier, « la vision d'un Japon sur le déclin est trop simple », Le Monde,‎ , page 26.
  9. Le JDD, « Avec son nouvel empereur, le Japon entre dans l'ère Reiwa : qu'est-ce que ça change? », sur lejdd.fr (consulté le ).
  10. (ja) Kasane Nakamura, « 新元号「令和」は万葉集が出典 「梅花の歌」序文の現代語訳は? », sur Huffington Post Japan,‎ (consulté le ).
  11. (ja) « 新元号「令和」 出典「万葉集」とは », sur Mainichi shinbun,‎ (consulté le ).
  12. (en) « ‘Birthplace’ of new era stages human kanji to ring in Reiwa », sur The Asahi Shimbun (consulté le )
  13. (ja) « 真字萬葉集卷第五雜歌0815 », miko.org.
  14. a et b (ja) « 令和とは », sur Kotobank (consulté le ).
  15. Man.yôshû : Livres IV à VI (trad. du japonais par René Sieffert), Cergy/Paris, Publications orientalistes de France / Unesco, , 381 p. (ISBN 92-3-203516-2 et 2716903182, notice BnF no FRBNF37030567), p. 191.
  16. (en-GB) « Japan unveils dawn of the 'Reiwa' era », sur Nikkei Asian Review (consulté le ).
  17. (en) « New Japanese Era », sur The Unicode Blog, Unicode Consortium, (consulté le ).
  18. Reuters, Japan’s renowned artists find inspiration from pandemic, The Asahi Shimbun (30 juillet 2020).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier