Ouvrir le menu principal

Ælfgar

comte d'Est-Anglie puis de Mercie

Ælfgar
Illustration.
La dernière vignette du rouleau de Guthlac (Harley Roll Y 6) représente une série de donateurs à l'abbaye de Crowland, parmi lesquels le comte Ælfgar.
Titre
Comte de Mercie
– vers 1062
Monarque Édouard le Confesseur
Prédécesseur Léofric
Successeur Edwin
Comte d'Est-Anglie
Prédécesseur Harold Godwinson
Successeur Gyrth Godwinson
Comte d'Est-Anglie
Prédécesseur Harold Godwinson
Successeur Harold Godwinson
Biographie
Date de décès vers 1062
Père Léofric
Mère Godgifu
Conjoint Ælfgifu
Enfants Burgheard
Edwin
Morcar
Ealdgyth
Religion christianisme

Ælfgar est un noble anglo-saxon du milieu du XIe siècle. Il est comte d'Est-Anglie à deux reprises dans les années 1050, puis comte de Mercie de 1057 à sa mort, survenue vraisemblablement en 1062.

BiographieModifier

Ælfgar est le fils du comte de Mercie Léofric et de son épouse Godgifu. Il reçoit le titre de comte d'Est-Anglie en 1051, lorsque le détenteur de ce titre, Harold Godwinson, est exilé avec toute sa famille. La famille de Godwin de Wessex est rétablie dans ses domaines dès l'année suivante, et Harold récupère l'Est-Anglie. Ælfgar en redevient le comte en 1053, lorsque Harold devient comte de Wessex à la mort de son père Godwin[1].

En 1055, Ælfgar connaît à son tour l'exil. Il lève une armée et une flotte de dix-huit navires en Irlande, puis il se rend au pays de Galles, où le roi Gruffydd ap Llywelyn accepte de se joindre à lui contre Édouard. Ils se heurtent à l'armée du comte de Hereford Ralph le Timide à quelques kilomètres de la ville de Hereford, le 24 octobre. Le comte et ses hommes s'enfuient, et Gruffydd et Ælfgar les pourchassent avant de mettre la ville à sac. Les deux alliés battent en retraite, menacés par l'arrivée du comte Harold à la tête d'une grande armée. La querelle se conclut de manière diplomatique, et Ælfgar est réinstallé à la tête de son comté[1].

Lorsque son père Léofric meurt, en 1057, Ælfgar lui succède comme comte de Mercie. Un frère de Harold, Gyrth, récupère l'Est-Anglie. Ælfgar connaît à nouveau brièvement l'exil en 1058. Sa dernière mention dans les textes date de 1062, lorsqu'il apporte son soutien à l'élection de Wulfstan comme évêque de Worcester. Il est vraisemblablement mort peu après[1].

Mariage et descendanceModifier

Ælfgar se marie, peut-être vers la fin des années 1020, avec une certaine Ælfgifu qui est vraisemblablement apparentée à Ælfgifu de Northampton, l'une des épouses du roi Knut le Grand[1]. Ils ont au moins quatre enfants, trois fils et une fille[2] :

RéférencesModifier

  1. a b c et d Williams 2004.
  2. Baxter 2007, p. 18.

BibliographieModifier

Liens externesModifier