Æbbe la Jeune

martyre anglo-saxonne

Æbbe la Jeune est une martyre anglo-saxonne dont l'historicité est incertaine. Elle est fêtée le 2 avril.

La mutilation d'Æbbe et de ses sœurs, devant leur monastère en flammes. Gravure de Giovanni Battista de' Cavalieri d'après une fresque de Niccolò Circignani au Collège anglais de Rome, parue en 1584 dans le recueil Ecclesiae Anglicanae Trophae.

Nonne à l'abbaye de Coldingham, Æbbe se serait tranché le nez et la lèvre supérieure pour éviter d'être violée par des maraudeurs vikings, un exemple suivi par les autres membres de sa communauté. Elles auraient ainsi échappé au viol, mais péri dans l'incendie du monastère par les Vikings, événement qui aurait eu lieu le [1].

Les premiers à mentionner Æbbe sont deux chroniqueurs du XIIIe siècle : Matthieu Paris dans sa Chronica Majora et Roger de Wendover dans ses Flores Historiarum. Faute d'attestation antérieure, son histoire est considérée comme douteuse par les historiens contemporains[2].

RéférencesModifier

  1. (en) David Farmer, The Oxford Dictionary of Saints, New York (N.Y.), Oxford University Press, , 5e éd., 496 p. (ISBN 978-0-19-959660-7, lire en ligne), p. 133.
  2. Par exemple (en) Alan Thacker, « Æbbe (d. 683?) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (lire en ligne).