Ânkh-Khéperourê

reine d'Egypte

Ânkh-Khéperourê
Période Nouvel Empire
Dynastie XVIIIe dynastie
Fonction Pharaonne
Prédécesseur Akhenaton (Amenhotep IV)
Dates de fonction -1355 (selon D. B. Redford)
-1351 à -1348 (selon E. Hornung, R. A. Parker)
-1346 à -1343 (selon A. D. Dodson)
-1342 à -1340 (selon C. Aldred, K. A. Kitchen)
-1338 à -1336 / -1335 (selon J. Málek, N. Grimal, I. Shaw, J. von Beckerath)
-1336 à -1334 (selon E. F. Wente)
-1336 à -1332 (selon Murnane, R. Krauss)
-1324 à -1319 (selon H. W. Helck)
Successeur Toutânkhamon
Famille
Grand-père paternel Amenhotep III
Grand-mère paternelle Tiyi
Père Akhenaton (Amenhotep IV)
Mère Néfertiti
Conjoint Akhenaton
Deuxième conjoint Smenkhkarê
Enfants avec le 2e conjoint Mérytaton Tasherit (incertain)
Fratrie Mâkhétaton
Ânkhésenpaaton
Néfernéferouaton Tasherit
Néfernéferourê
Sétepenrê

Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton est le onzième pharaon de la XVIIIe dynastie (période du Nouvel Empire). Elle serait une des rares femmes dans l'histoire de l'Égypte antique à prendre la charge de pharaon (seulement cinq pharaonnes ont été répertoriées). Son identité n'est pas connue avec certitude aujourd'hui.

On situe son règne aux alentours de -1338 à -1336 / -1335[1].

Généalogie (si Ânkh-Khéperourê = Mérytaton)Modifier

RègneModifier

 
La stèle 17813 de Berlin représentant Smenkhkarê (ou une femme pharaon que l'on peut assimiler à Ânkh-Khéperourê), caressant Akhenaton (Musée égyptien de Berlin, Neues Museum, Berlin). Mais l'identité comme le sexe des deux personnages ici représentés sont sujet à controverse[2].
 
Inscription de Howard Carter, où se trouvent les cartouches d'Akhenaton (colonne de gauche), d'Ânkh-Khéperourê (colonne centrale) et de Mérytaton (colonne de droite).

Ce qui est à peu près certain aujourd'hui, et reconnu par la majorité des égyptologues, c'est que c'est une Reine qui succède à Akhenaton dans une confusion politique et militaire catastrophique pour le pays, due à l’offensive des Hittites. Mais il y a un très grand débat des spécialistes sur : Qui est cette reine ? Serait-ce Mérytaton (hypothèse la plus fréquemment retenue) ? Cette reine est la fille aînée d’Akhenaton qu’il épousa après la disparition de Néfertiti, et qui serait devenu, de ce fait, grande épouse royale, puis corégente, puis reine, à peine âgée de quinze ans ?

Qui qu’elle fût, on voit apparaître, au début du règne d'Ânkh-Khéperourê (an II), un roi nommé Smenkhkarê. Avec lui aussi, on assiste à des divergences d'opinions entre spécialistes.

Selon certains, c'est un prince, au nom de Zannanza qui épouse la reine ; et règne avec elle sous le nom de Smenkhkarê. Zannanza est un des fils de l'empereur des Hittites Suppiluliuma Ier. Des archives découvertes dans la capitale des Hittites, Hattusa, évoquent une reine d'Égypte qui, après la mort de son époux, s’adresse à l'empereur Suppiluliuma, le suppliant de lui envoyer un de ses fils pour qu’elle l'épouse. Cette union, (si elle a eu lieu) est évidemment faite dans l’esprit d’apaiser le conflit avec les Hittites, où les Égyptiens étaient à coup sûr perdants. Mais une minorité de spécialistes arguent du fait qu'il n'y a pas de certitude que ce soit Mérytaton qui ait présenté cette demande à l'empereur Hittite. De quelle reine alors s’agit-il ? Selon Carl Nicholas Reeves c'est Néfertiti, d’autres avancent Ânkhésenamon, la jeune épouse de Toutânkhamon qui, à la mort de celui-ci, ne veut pas d'un mari égyptien. Une autre hypothèse rencontrée est que Smenkhkarê (de son nom de naissance) serait le fils d'Akhenaton ; il aurait assuré avec lui une corégence de deux ans avant de lui succéder. Comme preuve, une stèle retrouvée à Amarna qui représenterait Smenkhkarê portant la couronne de Basse-Égypte et Akhenaton portant la double couronne.

Si le roi Smenkhkarê a effectivement régné, cela ne peut être que sur une courte période, quelques mois tout au plus, à Amarna ; l’unique scène le représentant est inachevée, preuve de sa brièveté. Pour Marc Gabolde, Smenkhkarê n'est qu'un « roi fantôme », c'est-à-dire le prince hittite Zannanza assassiné en route pour l'Égypte. Après sa disparition, Ânkh-Khéperourê / Mérytaton prend (ou reprend) le pouvoir et renonce à l’atonisme instauré par Akhenaton au profit de l’ancien clergé d'Amon. En l’an III, la reine rétablit Thèbes comme capitale. Elle meurt cette même année vers l’âge de dix-sept ans, mais on n'en connait pas la raison. Selon quelques spécialistes, Mérytaton aurait eu une fille, Mérytaton Tasherit.

TitulatureModifier

Son « Nom de Roi » se compose de son nom de couronnement qui est donc Ânkh(t)Khéperourê[3] (en transcription quasi-consonantique : anx(t)xprw-ra) et qui peut se traduire par : « Les manifestations de sont vivantes ». Et de son nom de « Fils de Rê » qui est Néfernéferouaton (en transcription quasi-consonantique : nfr-nfrw-itn) qui peut se traduire par : « Belle est la perfection d'Aton », ou réciproquement : « Parfaite est la beauté d'Aton »[4] (perfection et beauté étant quasi-synonymes appliquées au disque solaire Aton). Il est à noter que ce deuxième surnom serait aussi le « nom de naissance » de Néfertiti[4].

Selon une hypothèse récente (2019) de l'égyptologue Valérie Angenot de l'université du Québec, qui s'appuie sur une longue analyse iconographique de nombreuses représentations, ce ne serait pas une seule « mais deux reines qui auraient pris la succession d'Akhenaton. Deux des six filles du pharaon, Mérytaton et Néfernéferouaton Tasherit[5], auraient été couronnées de façon conjointe pour régner sur l'Égypte, [... parce] qu'à la mort de son père Akhenaton, Toutânkhamon, âgé de quatre à cinq ans, était trop jeune pour régner[2] ».

Dans tous les cas on peut dire que l'époque de la succession d'Akhenaton est une période trouble où l'Égypte affronte une crise sur plusieurs plans. Une crise religieuse d'abord, en raison de la réforme quasi-monothéiste d'Akhenaton jugée hérétique par le clergé thébain d'Amon, dominant auparavant, et qui reprendra vite le dessus après la mort du Roi. Une crise dynastique aussi en raison du fait que le couple royal Akhenaton-Néfertiti n'aurait eu que des filles et donc aucun héritier mâle évident (Toutânkhaton, futur Toutânkhamon, étant très jeune à la mort du pharaon), mais aussi parce que les princes ou princesses de sang (Mâkhétaton par exemple, une autre fille d'Akhenaton et Néfertiti) et tous les éventuels souverains de l'époque (Mérytaton, Smenkhkaré, et plus tard Toutânkhamon lui-même) meurent jeunes[6], ou après des règnes relativement courts. Enfin une crise politique et militaire en raison de la pression du puissant empire Hittite concurrent.

Notes et référencesModifier

  1. Selon Málek, Grimal, Shaw, von Beckerath.
    Autres avis de spécialistes : -1355 (Redford), -1351 à -1348 (Hornung, Parker), -1346 à -1343 (Dodson), -1342 à -1340 (Aldred, Kitchen), -1336 à -1334 (Wente), -1336 à -1332 (Murnane, Krauss), -1324 à -1319 (Helck).
  2. a et b Émeline Férard, « Deux reines égyptiennes pourraient-elles avoir régné avant Toutânkhamon ? », GÉO,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020).
  3. Le t est la marque du féminin.
  4. a et b Joël Guilleux, « Méritaton », sur Antikforever.com, "4000 ans d'histoire..." (consulté le 19 décembre 2020).
  5. Mérytaton et Néfernéferouaton seraient alors deux personnes distinctes et Néfernéferouaton ne serait pas, en ce cas, le deuxième nom de titulature d'Ânkh-Khéperourê.
  6. Joël Guilleux, « Néfertiti », sur Antikforever.com, "4000 ans d'histoire..." (consulté le 19 décembre 2020), § 4 sur sa disparition.

Liens externesModifier

Article connexeModifier