Ânkhésenamon

Ânkhésenamon
Image illustrative de l’article Ânkhésenamon
Ânkhésenamon.
Nom en hiéroglyphe
imn
n
S34S29
n
Famille
Père Akhenaton
Mère Néfertiti
Conjoint Akhenaton
Toutânkhamon
Aÿ (incertain)
Enfant(s) Ânkhésenpaaton Tasherit (incertain)
Deux filles mort-nées
Fratrie Mérytaton
Mâkhétaton
Néfernéferouaton
Néfernéferourê
Sétepenrê
Sépulture
Nom KV21 (incertain)
Emplacement Vallée des Rois
Date de découverte 9 octobre 1817
Découvreur Giovanni Battista Belzoni

Ânkhésenamon ou ÂnkhesenamonElle vit pour Amon — (ÂnkhésenpaatonElle vit pour Aton[1] — pendant la période amarnienne) était la troisième fille du pharaon Akhenaton (Amenhotep IV) et de la reine Néfertiti.

BiographieModifier

EnfanceModifier

 
Toutânkhamon recevant des fleurs d'Ânkhésenamon.

Ânkhésenamon serait née en l'an 5 ou 6 du règne de son père Akhenaton, mais, selon certains spécialistes, elle pourrait être née en l'an 4 ou à la fin de l'an 7. Sa date de naissance n'est donc pas connue avec certitude, mais elle se situe vers -1350[2]. Elle est la troisième fille du pharaon Akhenaton et de la reine Néfertiti[2],[3],[4]. L'enfant est nommée Ânkhésenpaaton, dont la signification est « Elle vit pour Aton », dieu qu'avait créé et promulgué le pharaon Akhenaton[2]. Elle passe son enfance à Akhetaton, la cité créée par son père Akhenaton en l'honneur du dieu Aton.

Mariages et règnesModifier

Hypothèse d'un premier mariage avec le pharaon AkhenatonModifier

On pense qu'elle fut d'abord mariée à son propre père[2],[3] — selon une coutume propre aux pharaons de l'époque, avec des mariages entre proches parents —, avec qui elle aurait eu une fille, Ânkhésenpaaton Tasherit.

Mariage avec le pharaon ToutânkamonModifier

Après la mort de son père, elle devient la femme de Toutânkhaton[4], qui est le fils d'Akhenaton[3] ; elle est représentée sur certaines pièces du mobilier funéraire du jeune roi. La tradition de l'époque veut que le successeur d'un pharaon épouse la veuve de son prédécesseur[3].

Après le mariage, le couple se convertit au culte amonien en changeant ses noms en Toutânkhamon et Ânkhésenamon, et replace le centre du pouvoir royal à Thèbes. Ce retour marque la fin de l'expérience atonienne d'Akhenaton. Malgré de nombreuses tentatives, le couple n'a que deux filles mort-nées.

Hypothèse d'un mariage avec le pharaon AÿModifier

Lorsque Toutânkhamon meurt en -1327, Ânkhésenamon demeure la dernière garante de la légitimité dynastique et est mariée, semble-t-il, à son successeur Aÿ, qui était un ancien vizir du pharaon[3]. Aÿ, déjà âgé[4], régnera 4 ans[3]. La fin d'Ânkhésenamon est incertaine[3]. Dans tous les cas, elle meurt sous le règne de Aÿ, ou peu après, sous celui d'Horemheb.

Hypothèses d'une proposition de mariage avec un prince hittiteModifier

Elle pourrait être cette reine qui, veuve, fit venir un prince du Hatti du nom de Zannanza, pour ainsi sceller une alliance avec ce pays contre lequel l'Égypte est en guerre. Une proposition, extraordinaire dans le contexte de l'époque, promet à un Hittite de devenir pharaon d'Égypte. Le message est cependant intercepté, et le prince est exécuté à peine entré en Égypte.

Certains avancent que la reine auteure de cette incroyable lettre (découverte à Hattusa, capitale du Hatti) au roi Suppiluliuma Ier, demandant l'un de ses fils pour régner à ses côtés, pourrait être la sœur aînée d'Ânkhésenamon, Mérytaton, voire, ce qui est bien moins probable, sa mère Néfertiti.

GénéalogieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Dans le nom Ânkhésenpaaton, Pȝ Jtn est employé car Aton désigne ici le disque solaire ; on pourrait traduire le nom par celle qui vit pour le disque et non celle qui vit pour l'Aton. Lorsque le nom Aton a été remplacé par le nom du dieu Amon, l'article n'a plus de sens, les Égyptiens antiques ne désignant jamais leurs dieux de cette manière.
  2. a b c et d Jean-Paul Fritz, « Ankhesenamon, la femme qui voulut régner seule sur l’Egypte », sur L'Obs, (consulté le ).
  3. a b c d e f et g Frédéric Lewino, « A-t-on découvert la tombe de l'épouse de Toutankhamon ? », sur Le Point, (consulté le ).
  4. a b et c Marc Gabolde, « Les mystères de Toutankhamon : de qui est-il le fils? », sur Le Figaro, (consulté le ).

BibliographieModifier

Lien externeModifier