Âges de la vie

Les âges de la vie sont une conception consistant à diviser la vie en plusieurs périodes. Elle apparaît avec l'Antiquité latine, qui dispose d'un calendrier et d'un État-civil fiables, là où les grecs ne connaissaient qu'approximativement leur âge, fonctionnant en krisis ("classes d'âge" critérisées selon l'apparence physique : le mot krisis, qui donne "crise", donne aussi "critère")[1].

Les âges de lafemme, chromolithographie qui représente les âges de la femme en 1900, Collection Musée national de l'Éducation
Les âges de l'homme, chromolithographie qui représente de manière caricaturale le concept de successions d'étapes marquant la vie d'un homme, fin 19e, Collections Musées départementaux de la Haute-Saône.
Les âges de la vie.
Gravure sur bois illustrant Livre des propriétés des choses de Barthélemy l'Anglais (1486).

HistoireModifier

Les conceptions de l'antiquité classique distinguent :

Selon Galien, la vie comprend quatre âges[3] : l'adolescence, où le corps s'accroît ; la jeunesse, âge où l'homme ayant fini de croître peut assister les autres ; l'âge viril, où le corps consume autant qu'il consomme d'aliments ; la vieillesse, qui voit l'homme se refroidir et se dessécher progressivement. Ces quatre âges sont comparés par certains auteurs aux quatre saisons de l'année et aux quatre éléments.

Isidore de Séville distingue six âges : enfance, puérilité, adolescence, jeunesse, virilité et vieillesse[4].

Cependant, les latins comptent sept âges de la vie (comme le feront Saint-Augustin vers l'an 400, puis Montaigne vers 1580) :

  • infans de 0 à 7 ans
  • puer de 7 à 17 ans
  • adulescens de 17 à 30 ans
  • juvens ou matur de 30 à 45 ans
  • senior de 45 à 60 ans
  • senex de 60 à 80 ans
  • grandis natu après 80 ans

Constituée de termes qui continuent de désigner les différents âges en langue française, cette échelle des âges civils latins nous rappelle que le mot "âge" provient d'aétas, l'été, et évoque la métaphore âges de la vie / saisons de l'année. Soulignons que ces âges sont ceux de l'homme, la femme ne connaissant que quatre âges : infans de 0 à 7 ans, puella (pucelle) de 7 à 17 ans, uxor et matrona (épouse et mère) de 17 à 45 ans, puis... anus (sic ! = "vieille femme" et ce, dès avant la ménopause).

C'est ainsi qu'en 1643, l'Iconologie de Cesare Ripa, dans la traduction de Jean Baudoin[5], récapitule ces classements des différents auteurs et distingue sept âges, pouvant se répartir entre les quatre précédents :

  • l'enfance, associée à la Lune, qui dure selon les auteurs jusqu'à la quatrième ou la septième année ;
  • la puérilité, gouvernée par Mercure, âge auquel les enfants commencent à apprendre ;
  • l'adolescence, dominé par Vénus, dure huit ans ;
  • la jeunesse, dirigée par le Soleil, dure dix-neuf ans ;
  • la virilité, sous l'empire de Mars, est la période où l'homme agit le plus glorieusement, pendant une quinzaine d'années ;
  • la vieillesse, associée à Jupiter, est l'âge où l'homme vit en paix et se repent des fautes passées, pendant douze ans ;
  • enfin l'âge décrépit est dominé par Saturne, qui accable l'homme d'ennuis et de maladies jusqu'à la mort.

Cette notion est formalisée par Arnold Van Gennep notamment dans les rites de passage, publié en 1909. Longtemps à l’œuvre notamment dans les musées dit ethnographiques, cette approche datée et normative, laisse aujourd'hui la place à des approches plus fines notamment en anthropologie[6].

Les Pères du désert appliquent les trois grands âges de la vie à la vie spirituelle : la connaissance de soi (notamment la reconnaissance de sa propre faiblesse), celle du prochain (notamment la communion fraternelle) et celle de Dieu (par la prière)[7].

L'expression de Troisième âge, utilisée aujourd'hui comme euphémisme de la Vieillesse, renvoie à cette conception. Elle est cependant une résurgence d'une conception de la vie fort courte, dans laquelle on apprend à l'école (pendant peu d'années) lorsque l'on est enfant, on travaille pendant 80% de sa vie totale éveillée (deuxième âge) et, si l'on a "de la chance", on arrive au troisième âge, celui d'une retraite courte, avec un corps déjà vieux à 50 ans... Fort heureusement la vie longue d'aujourd'hui re noue avec sept âges de la vie, dont quatre pour la vie adulte : bébé, enfant, adolescent, adulte émergent, adulte en responsabilité, senior et âge du risque de dépendance[8]

ÉnigmeModifier

Le Sphinx posa à Œdipe l'énigme dite « énigme du Sphinx » : « Quelle est la créature qui marche à quatre pattes le matin, à deux le midi, à trois le soir et qui est le plus faible quand elle se tient sur quatre pattes ? » Œdipe répondit : « c’est l’Homme qui au matin de sa vie se déplace à quatre pattes, qui au midi de sa vie marche avec ses deux jambes et qui au soir de sa vie s'aide d'une canne, marchant ainsi sur trois pattes ».

C'est à propos des divers mythes de la vieillesse et de l'avancée en âge que Jean-Pierre Bois remarque que, plus les héros mythologiques sont éloignés de nous, plus leurs espérances de vie sont extraordinaires[9]. Christian Heslon a prolongé la réflexion en suggérant que le héros "hors d'âge" est, comme le bon whisky, en quelque sorte épargné, voire bonifié, par l'avancée en âge[10] !

Représentations dans l'artModifier

Les représentations des âges de la vie sont très nombreuses, notamment en peinture, sculpture et poésie. Christian Heslon[11] en répertorie quatre formes. Axel Kahn et Yvan Brohard[12], de même que Michel Zink et Henri Dubois[13], le confirment :

- les "Allégories des trois ou quatre âges de la vie" dont relève le présent tableau de Caspar David Friedrich. Par exemple : Les trois âges de la femmede Gustav Klimt (1905) ou L'allégorie du temps gouverné par la prudence du Titien (1565-1570) ;

- les "Vanités", qui représentent la beauté et la jeunesse dont le destin est la vieillesse et la mort, par le truchement d'un miroir ou d'un détail macabre déposé aux côtés d'une représentation de la beauté souvent féminine ;

- les "Degrés des âges", qui symbolisent le cours de la vie, en opposant une première période grandissement ou l'enfant, puis l'adolescent, gravissent les marches d'un escalier jusqu'à l'apogée du milieu de vie, avant de redescendre ces marches vers un inéluctable déclin ;

- les "Danses macabres" où jeunesse et Éros dansent ou échangent un baiser mortel avec différentes représentations de la mort (cadavre) ou de l'enfer (diables).

Ajoutons, en sculpture, la manière dont se répondent la Clotho (1893) et L'âge mûr (1894-95) de Camille Claudel, avec Celle qui fut la belle heaulmière d'Auguste Rodin (1887) et La misère de Jules Desbois (1894) : ces sculptures (à part L'âge mûr) ont le même modèle, Maria Caira[14], Elles firent toutes scandale obscène de représenter sans fard la vieillesse. Et pourtant. Baudelaire écrit à la même époque (Réversibilité, 1857) : "Ange plein de beauté / Connaissez-vous les rides / Et la peur de vieillir / Et ce hideux tourment / De lire la secrète horreur du dévouement / Dans des yeux où longtemps burent nos yeux avides".

Psychologie des Âges de la VieModifier

La psychologie des âges de la vie est d'abord illustrée par la psychologie développementale nord-américaine qui décrit les étapes et les crises du développement adulte, avec des auteurs tels que René L'Écuyer (né en 1938) sur Le concept de Soi de l'enfance à la vieillesse, Érik Erikson (1902-1994) sur L'identité et le cycle de vie ou Daniel Levinson (1920-1994) sur Les saisons de la vie d'un homme, puis Les saisons de la vie d'une femme. Les psychologues féministes nord-américaines telles Jane Loevinger (1918-2008) sur le Développement du Moi et Gail Sheehy (1936-2020) sur les Passages de la vie apporteront leur lecture genrée à ces travaux d'abord masculins. Elles et ils sont recensés et synthétisés dans l'ouvrage de Renée Houde, Les temps de la vie[15].

Cette approche est aujourd'hui poursuivie aux États-Unis par Sara Lawrence-Lightfoot avec The Third Chapter : Passion, Risk and Adventure in the 25 Years after 50[16] et, en France, par Catherine Bergeret-Amselek avec ses ouvrages successifs sur chaque âge de la vie, de l'enfance à la vieillesse[17]. De même, le Laboratoire "Psychologie des âges de la vie" de l'Université de Tours[18], ou encore Aubeline Vinay (La famille aux différents âges de la vie), Aline Chamahian (Vivre les âges de la vie) ou Cécile Van de Velde (Sociologie des âges de la vie)(cf. Bibliographie).Sans oublier ni la Collection "Les Âges de la Vie" aux Éditions Masson, ni celle, intitulée "L'âge, la vie", aux Éditions Érès.

Cependant, croiser ces travaux psychologiques sur la succession des âges de la vie avec ceux, sociologiques, sur l'enchâssement des générations et ceux, plus philosophiques ou ethnologiques, sur la subjectivité et les dimensions existentielles subjectives de l'avancée en âge adulte (cf., en Bibliographie : Arthur Schopenhauer, Pierre-Henri Tavoillot, Marc Augé), de même qu'avec l'approche ésotérique de Christiane Singer et celle, plus poétique, d'Albane Gellé, esquissent une nouvelle "psychologie des âges de la vie". Ainsi, l'âge en psychologie, ce n'est pas seulement l'"âge mental" forgé par Alfred Binet et Théodore Simon aux débuts du XXè siècle[19]. C'est aussi toute une série de travaux sur l'"âge subjectif" depuis Robert Kastenbaum en 1972[20] jusqu'aux "âges clandestins" de Bruno Dubois en 2020[21].

Celle-ci est notamment inspirée par le constat que l'allongement des espérances de vie métamorphose le panorama de l'existence et que l'avancée en âge résulte d'une transaction identitaire entre l'idem (le même inchangé) et l'ipsem (la permanence de Soi malgré les changements), ainsi que l'exprime Claude Romano à la suite de Paul Ricoeur, en une époque particulièrement menacée par les replis identitaires[22]. Cette psychologie des âges de la vie délaisse les distinctions développementales entre jeunesse et vieillesse au profit d'une compréhension subjective et existentielle de l'avancée en âge, tour-à-tour tissée par l'âge subjectif[23], les dates anniversaires marquantes de chaque biographie et de l'ensemble des récits généalogiques qui nous façonnent[24], et le calendrier intime en fonction duquel chacun d'entre nous orientons ou subissons les choix de vie qui nous constituent[25]. Ainsi l'âge est-il le lieu d'inscription du temps sur le corps : plusieurs vies, certes, des désirs infinis bien sûr, mais un seul corps...

SciencesModifier

Selon les données scientifiques disponibles, il est très rare dans le monde animal et y compris chez les mammifères que les femelles survivent longtemps (plus d'un an) après la fin de leur période de fécondité (stade post-reproductif). Selon une étude récente ayant porté sur 52 espèces, ce trait inhabituel du cycle de vie serait une spécificité des humains et de quelques espèces de baleines à dents, qui a probablement une importance, encore à préciser en termes d'évolution adaptative[26].

Notes et référencesModifier

  1. Michel Sève, « Les Grecs de l'Antiquité connaissaient-ils leur âge ? », Le Portique, n° thématique "Les âges de la vie",‎ 21 / 2008 (lire en ligne)
  2. Des quatre âges de l'homme : traité de morale de Philippe de Novare, éd. Marcel de Freville, Paris, Didot, 1888
  3. Cité par Ripa 1643, p. 41.
  4. Ripa 1643, p. 41.
  5. Cesare Ripa (trad. Jean Baudoin), Iconologie où les principales choses qui peuvent tomber dans la pensée touchant les Vices et les Vertus sont représentées sous diverses figures, t. 2, Paris, (lire sur Wikisource), « Les Qvatre Aages et premierement de celvy de l’homme en general ».
  6. Noel Barbe, Emmanuelle Jallon. Vous avez dit ” AgesFile:Agesdelafemme.jpg de la vie ” ? Introduction. Noël Barbe et Emmanuelle Jallon. Vous avez dit ” Ages de la vie ” ?, Nov 2004, Vesoul, France. Musees départementaux de la Haute-Saône, pp.16-37, Texte (pluriel).
  7. Réginald Garrigou-Lagrange, Les trois âges de la vie intérieure, tome II, 1938,p. 27-82
  8. Christian Heslon, « Sortir du mythe du vieillissement démographique pour inventer la société à cinq générations », SiloMag, n°9,‎ (lire en ligne)
  9. Jean-Pierre Bois, Le mythe de Mathusalem, Paris, Fayard,
  10. Christian Heslon, « Des mythes des âges de la vie à l'avancée en âge comme mythe », Conférence non publiée / Colloque "Les Mythes" / Carthage-Tunis,‎
  11. Christian Heslon, Petite psychologie de l'anniversaire, Paris, Dunod,
  12. Axel Kahn, Yvan Brohard, Les âges de la vie. Mythes, âges et sciences, Paris, La Martinière,
  13. Michel Zink, Henri Dubois, Les pages de lavis au Moyen-âge, Paris, Presses de La Sorbonne,
  14. Raymond Huard, Pierre Maillot, Jules Desbois, sculpteur (1851-1935). Une célébration tragique de la vie, Paris, Le Cherche-Midi,
  15. Renée Houde, Les temps de la vie. Le développement psychosocial de l'adulte, Montréal, Gaëtan Morin,
  16. (en) Sara Lawrence-Lightfoot, The Third Chapter. Passion, Risk and Adventure in the 25 Years after 50, New-York, Sarah Crichton Books,
  17. « Catherine Bergeret-Amselek »
  18. « Laboratoire "Psychologie des âges de la vie" »
  19. « Le développement de l'intelligence chez les enfants », L'Année Psychologique, n° 13,‎ , p. 245-336
  20. (en) Robert Kastenbaum et al., « The Anges of Me Toward Personal and Interpersonal Definitions of Functional Aging », Aging and Human Development, 3(2),‎ , p. 197-211
  21. Bruno Dubois, Les âges clandestins. Pourquoi on ne fait pas toujours son âge, Paris, Payot,
  22. Claude Romano, Être soi-même. Une autre histoire de la philosophie, Paris, Grasset
  23. Sophie Tripon, Âge subjectif et conduite de carrière, Thèse de Doctorat en Psychologie à soutenir au CNAM Paris en 2021, http://www.theses.fr/s142973
  24. Christian Heslon, « Anniversaires et âge subjectif. Pour une psychologie des âges de la vie », PIPER,‎ , en ligne
  25. Christian Heslon, « Anniversaires et psychologie des âges de la vie », Le Journal des Psychologues,‎ 2008, n° 261, p. 45-49 (lire en ligne)
  26. Ellis, S., Franks, D. W., Nattrass, S., Cant, M. A., Bradley, D. L., Giles, D., ... & Croft, D. P. (2018). Postreproductive lifespans are rare in mammals. Ecology and Evolution.

BibliographieModifier

  • Marc Augé. Une ethnologie de soi. Le temps sans âge, Paris, Seuil, 2014
  • Jean-Pierre Bois, Le mythe de Mathusalem, Paris, Fayard, 2001
  • Jean-Pierre Boutinet, L'immaturité de la vie adulte, Paris, PUF, 1999
  • Jean-Pierre Boutinet, Christian Heslon, et al., "Les âges de la vie", Éducation Permanente, 1999-1, n° 138
  • Aline Chamahian et Claire Lefrançois, Vivre les âges de la vie. De l'adolescence au grand âge, Paris, L'Harmattan,
  • Eric Deschavanne et Pierre-Henri Tavoillot, Philosophie des âges de la vie, Paris, Grasset, 2007
  • Albane Gellé, L'au-delà de nos âges, Devesset (Ardèche), Cheyne, 2020
  • Christian Heslon, Les nouveaux âges de la vie adulte. Psychologie de la vie plurielle, Paris, Dunod, 2021
  • Christian Heslon, "Âges de la vie", In C. Delory-Momberger, Vocabulaire des histoires de vie et de la recherche biographique, Toulouse, Érès, 2019, p. 17-19
  • Christian Heslon, Accompagner le grand âge, Paris, Dunod, 2008 (rééd. 2015)
  • Christian Heslon, Petite psychologie de l'anniversaire, Paris, Dunod, 2007
  • Axel Kahn et Yvan Brohard, Les âges de la vie. Mythes, arts, sciences, Paris, La Martinière, 2012
  • Arthur Schopenhauer, De la différence des âges de la vie (1880), Paris, Manucius, rééd. trad. 2017
  • Christiane Singer, Les âges de la vie, Paris, Albin Michel, 1983, rééd. 1990
  • Cécile Van de Velde, Sociologie des âges de la vie, Paris, Armand Colin, 2015
  • Aubeline Vinay, La famille aux différents âges de la vie. Approche clinique et développementale, Paris, Dunod, 2017
  • Michel Zink, Henri Dubois, Les âges de la vie au Moyen-âge, Paris, Presses de La Sorbonne, 1992

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier